Sortie ciné : Ferdinand – une tonne de fun

Il y a quelques jours, nous avons fait une petite sortie en famille, une sortie cinéma.

Il est rare que l’on aille au cinéma en famille. Déjà parce qu’il faut faire garder Lia. Mais aussi parce que nous attendions que nos deux autres petits garnements arrivent à tenir en place pendant une longue durée.

On a testé au préalable à la maison avec des dessins animés plus ou moins long bien sûr.

Il paraît d’ailleurs que c’est déconseillé d’emmener les enfants de moins de 3 ans au cinéma. Rien que le volume sonore justifie cette recommandation…

Ce n’est que notre 2ème ou 3ème essai et cette fois nous sommes allé voir Ferdinand. Une histoire drôle et attendrissante avec un taureau…

Ferdinand est un petit taurillon pacifiste élevé en captivité. Un jour, ne voyant pas son père revenir de l’arène, il s’échappe et est recueilli par Mina, une petite fille qui est fille de fleuriste.

Il vit alors paisiblement au milieu des fleurs et des champs. Il finit d’ailleurs par devenir quelques peu imposant.

Après une légère maladresse, Ferdinand est capturé et ramené à la manade où il est né.

Il y retrouve ses amis d’enfance et s’en suit une folle aventure à la recherche de liberté et de la jeune Mina qui l’a élevé.

 

J’ai trouvé ce film sympa et attendrissant. Il est par contre vraiment très manichéen (les persos sont très gentils ou très méchants, pas de juste milieu)

C’est le combat du « gentil taureau qui veut vivre libre » contre le « méchant toréador cruel et sans scrupule » qui veut tuer pour le sport.

évidemment, c’est plus simple à comprendre pour les enfants. Des personnages facilement identifiables, des personnalités très marquées, pleines de folie, d’humour et der tendresse parfois.

 

Nous avons passé un très bon moment en famille malgré les gesticulations d’une certaine Lou qui ne pouvait pas tenir en place. Je l’ai d’ailleurs emmenée 2 fois aux toilettes (dont une en plein milieu du film) pour rien du tout.

Je te laisse imaginer le scénario :

Moi qui porte Lou en courant jusqu’aux toilettes parce que « c’est pressé ».

On rentre dans les toilettes. Je la prépare et la porte au dessus des toilettes (on ne touche pas les toilettes publiques… ça pue est c’est dégueu…)

Et au bout de douze secondes : « Euh ! Papa ? En fait, ça vient pas… »

Allez ! On se rhabille et on court dans l’autre sens pour rater le moins possible du film.

Et ça deux fois bien sûr.

A part ces deux interludes, je conseille vraiment ce film. C’est une folle aventure pleine d’espoir et de tendresse.

Comments

Commentaires Facebook

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.