La première rentrée en maternelle

miniature 1ére rentrée scolaire

Ça y est !

Le premier jour d’école est passé. Pour mes jumeaux, c’était le premier jour d’école de leur vie…

A vrai dire, on appréhendait un peu cette étape de leur vie d’enfants.

Aller à l’école, c’est pour les grands. Et nos enfants nous paraissent encore si petits !

En tout cas, pour nous, cette journée c’est plutôt bien passée. Enfin jusqu’à ce qu’on aille les chercher à 16h… Mais ça j’y reviendrai plus tard…

 


Avant la rentrée en maternelle

Les jours qui ont précédé cette rentrée des classes, nous ont permis de réaliser petit à petit que nos enfants allaient vraiment aller à l’école.

Après plus de 3 ans à rester avec MamanTrucs tous les jours, cette étape nous semblait brutale et soudaine. Et pourtant, il faut bien en passer par là…

On avait passé les deux mois d’été à éduquer les jumeaux à la propreté pour qu’ils soient bien prêts pour début septembre.

A vrai dire, on avait plus la pression qu’eux… Et à travers quelques petits rituels, l’affaire a été vite réglée.

En fait, c’est deux mois auront été une lente prise de conscience de la réalité :

Ils sont grands maintenant !

(L’âme en peine… Désespoir… Soupir de nostalgie…)

Je revoie encore nos deux petits prématurés si frêles et si fragiles que l’on tenait avec délicatesse…

Mais il faut se rendre à l’évidence, nos prémas ont 3 ans et pèsent 15 fois plus lourds aujourd’hui.

Il faut y aller maintenant.

Le jour J

Il commença comme un jour ordinaire.

Je me levais tôt pour suivre mes cours à distance et m’octroyer ce temps pour moi.

Il se trouve que je souffrais de désordre intestinal (symptôme classique de rentrée des classes chez moi).

Oui ! Parce qu’autant l’année dernière je fanfaronnais en taquinant MamanTrucs, autant cette année, des angoisses remontaient peu à peu.

On a réveillé les enfants vers 7h pour être sûr d’avoir tout fait à temps.

A mesure que les minutes défilaient, j’anticipais ma peur de la séparation. Et les questions fusaient dans ma tête…

Est-ce que ça va bien se passer ?

Est-ce qu’ils vont pleurer ? Comment ça se passe l’entrée en classe ?

Puis vint l’heure du départ. Nous ne sommes qu’à 5 minutes de l’école. Alors ce fut le plus tard possible…

La gorge serrée, on prenait des photos de nos enfants devant la porte d’entrée.

Arrivé sur place, je tenais la main de mon fils pour traverser la route.

Elle est si petite cette main dans la mienne…

Nous attendions devant l’école, attroupés avec les autres parents de maternelles.

J’observais discrètement les autres parents. Certains à l’aise, ce n’était pas leur première fois et d’autres cherchant comme moi une trace de stress ou un regard familier.

Puis les portes s’ouvrirent…

Je sentais sa petite main presser la mienne et me retenir… Je me disais « pauvre petit bonhomme »

Un peu perdus, nous demandons notre chemin vers les petites sections.

Après quelques mètres, nous sommes arrivés devant la salle de classe.

Maîtresse Pascale nous accueille et nous présente Mélanie (ATSEM).

On est guidés vers une table pleine d’images. Les enfants doivent choisir une image pour reconnaître leur porte-manteau. Même s’il est de notoriété publique que mes enfants sont des génies (lol), ils ne savent pas encore lire… Donc ce sera pour eux un repère visuel.

Après ça, les enfants ont été invités à dessiner notre famille… En fait, c’était plutôt les parents qui dessinaient. Ce petit moment nous a permis d’un peu retarder l’échéance, tranquilliser nos enfants et les laisser appréhender l’environnement en sécurité.

Et puis, après une brève exploration de la classe, il fallait se préparer à partir. Les enfants sentant venir cette séparation, nous apportaient régulièrement un objet nouveau pour qu’on s’y intéresse et qu’on oublie de les laisser.

Malheureusement, plus une séparation est lente et plus elle est douloureuse…

C’est ce que nous a fait comprendre Léo qui s’accrochait à nous en pleurant à chaude larme. Libérer de l’étreinte, on s’éclipse rapidement. Laissant à Maman le champ libre pour évacuer, elle aussi, ce trop-plein d’émotions. J’avais moi aussi la gorge nouée.

mais les hommes n’ont pas le droit d’être faible

Une maison vide

C’est dingue ce que la maison paraissait calme sans enfant. Personne pour nous interrompre ou pour se chamailler…

C’était tellement silencieux qu’on a fini par simuler leur présence en imaginant leurs disputes enfantines. Et en y réagissant…

Quoi ?

Oses me dire qu’il ne t’ont pas manqué et que tu ne t’es pas inquiété pour eux !!

Nous, on ne savait plus quoi faire de nous même. C’était étrange.

Les tâches ménagères ayant déjà été faites, on a donc occupé notre temps comme on pouvait. Moi en me formant au métier de Développeur Web et MamanTrucs en regardant un replay. Jusqu’à ce qu’on puisse aller chercher nos petits trésors (à 11h45).

Leurs premières impressions

Après cette courte matinée, nos enfants nous ont livrés leurs premières impressions. Enfin, on leur a extorqué…

Ils ont joué à la récréation. Ils ont retrouvé des copains de la crèche d’à côté et Léo est catégorique :

J’aime pas l’école ! Je veux pas y retourner !

Après 3h de scolarité, il semble bien décidé le bonhomme !!

Malheureusement pour lui, on y retourne l’après-midi pour la sieste…

Arrivé devant l’école, nous attendons l’ouverture avec les autres parents.

Les portes s’ouvrent et je sens à nouveau Léo me retenir la main :

– Mais papa ! Avance pas !

– Mais si mon bonhomme. Quand les portes s’ouvrent, il faut rentrer.

Nous les amenons jusqu’à leur classe en leur donnant doudous pour la sieste et derniers bisous.

Vu que ce fut rapide, il n’y eu aucun pleur.

Petite parenthèse sur l’après-midi en maternel :

Dans notre cas, ils passent une bonne partie de l’après-midi à dormir et jouent peu de temps avant que l’on ne vienne les chercher… Dans certaines écoles, ils ne font pas la sieste, ce qui me semble faire, c’est vrai, de longues journées pour leur première année… Dans les deux cas, je comprends les parents qui ne les mettent à l’école qu’une demi journée mais ça a l’avantage de nous libérer du temps. Et ça, c’est nécessaire !

Nous avons fini par trouver quelques occupations pendant leur absence puis il a fallu aller les chercher à 16h… et la c’est le drame…

l’enfer de 16h…

« L’heure des mamans », c’est aussi l’heure où les enfants sont libérés délivrés de leur longue journée…

Et c’est l’heure qu’on a choisi pour aller faire les courses en famille. Grave erreur !!

Je pense que s’ils se sont retenus toute la journée à rester sages, ils ont relâché la pression en sortant de l’école…

Nous avons donc passé 45 min à leur dire de se calmer, d’arrêter de toucher à tout, de crier, d’interpeller des inconnus…

C’était l’enfer !!! J’ai jamais vu ça.

Il va falloir les canaliser de manière à éviter de devoir péter un plomb tous les soirs…

Après les courses, il a fallu les ranger et aller chez une copine.

A ce stade, on était morts, épuisés, éclatés, au bout du rouleau…

Et chez toi ?

Cette première rentrée s’est bien passée ?

Racontes-moi dans les commentaires.

Et pour les parents expérimentés : ça fait toujours ça aux enfants l’école ? Rassures-nous !

Comments

Commentaires Facebook

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge