Je me souviens de nous

Aujourd’hui, si tu le veux bien, on plonge tous les deux dans ma mémoire…

Je me souviens de NOUS, il y a quelques années…
J’avais 21 ans à l’époque et je sortais de la gendarmerie.

Oui ! J’ai été « Gendarme Adjoint Volontaire » dans une autre vie…
A ce moment là, j’avais besoin d’appartenir à quelque chose, d’être utile et j’étais un peu perdu.
J’ai très vite compris et on m’a aussi fait comprendre que c’était pas mon truc…

Bref ! Je revenais de 8 mois de gendarmerie et je commençais un DUT d’informatique à Valence.
Il me fallait trouver un travail pour financer ma vie étudiante, alors j’ai commencé à travailler chez QUICK.

C’est là qu’on s’est rencontrés…

Grâce à mon adresse légendaire et à des chaussures pas du tout adaptées aux cuisines, je me suis blessé lors de mon premier jour de travail.
Et tu m’as soigné.

Sachant que la blessure se trouvait sur une partie assez charnue de mon anatomie, ça crée des liens tout de suite…
On se côtoyait au travail et on prenait du fun.
Une ambiance jeune dans un travail chiant.
On chantait, on se faisait des blagues, on riait.

Qu’est-ce que c’était cool !!
On était une belle bande de potes ! La dream team du Quick !

Et puis il y a eu un repas d’entreprise.
Je me souviens l’ambiance bonne enfant. Christian, le PDG, détendu qui déconnait et riait avec nous.
Et sans crier gare, ta main dans la mienne.

D’abord, mal assurée, hésitante.
Puis tu ne voulais plus la lâcher de peur de ne plus pouvoir la reprendre.
Je me souviens le chemin de retour vers la voiture de Julie main dans la main.
L’avenue du président Herriot a porté nos pas mais pas assez longtemps.

Je me souviens de ces longues minutes, de discussion à l’arrière de sa voiture.
Notre baiser sur le parking rue belle image…

Je me souviens de la peur dans tes yeux quand le lendemain je t’ai revu au travail.
« Va-t-il m’embrasser à nouveau ? »

Je me souviens nos nombreuses heures de discussions après le travail.
La nuit était notre cocon.
Ces baisers et l’absence d’envie de nous séparer pour la nuit…

L’air était frais.
Tes lèvres si douces.
Nous goûtions l’amour et ne pouvons toujours pas nous en passer.

Je me souviens de qui tu étais :
Peu assurée, complexée et fragile. Ne faisant plus confiance aux hommes…
Je t’ai prise telle que tu étais et tu as mis très longtemps à le comprendre vraiment.

Tu l’oublies parfois encore.
Ou tu prends ça pour de l’indifférence peut-être.
Cela n’en est pas.

C’était gratifiant pour moi de me sentir différent des autres et de voir que tu n’en revenait pas.

Je t’aime simplement.
Pour moi, ça veut dire accepter qui tu es en entier.
C’est gênant parfois.
J’aimerais que tu sois plus si ou plus ça.

Mais ça ne serait plus toi.
Souvent les gens essaient trop de changer les autres…
Jusqu’à se rendre compte que la personne que l’on essaie de changer n’est plus du tout celle dont on est tombé amoureux…

Alors souviens toi qui tu es.
Gardes cette folie qui me fait rire.
Mais soit confiante en toi car moi je crois en toi.

Je me souviens de ce petit appartement que nous avons partagé pendant 9 ans.
On ne rentrait pas à deux dans la salle de bain…

Je vois nos enfants devenir des personnes uniques et intelligentes.
Je les vois grandir chaque jour un peu plus.

Et tout ça, tu me l’as offert.

Merci ma chérie.
Je t’aime.

Comments

Commentaires Facebook

Pour marque-pages : Permaliens.

Un Commentaire

  1. Wahou, c’est magnifique. Que votre amour dure infiniment.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.