Instant nostalgie – L’histoire sans fin

Souvenir d’enfance

Il y a quelques temps, je suis retombé en enfance en revoyant un film que j’ai dû voir 15 fois avant 10 ans…

« L’histoire sans fin »

histoire sans fin

Avec le recul des années, je me suis rendu compte que ce film et bien plus qu’un simple comte…
C’est une histoire sur l’imagination d’un enfant, sur une quête fantastique et aussi un peu sur le deuil.

Aux natifs des années 80, ceci va vous rappeler des souvenirs.

Résumé du film

Le film se passe dans les années 80 donc.
On pourra donc pardonner la faiblesse des effets spéciaux de l’époque. Bien qu’alors ils paraissaient réalistes…

Bastien, personnage principal de l’histoire, et un jeune garçon de 10 ans rêveur.
Un peu chétif, il se fait souvent embêter par 3 « grands » de son école.

Ayant perdu sa mère depuis peu, bastien est élevé par son père. Apparemment cadre, celui-ci semble strict et quelques peu dénué de sentiments… ou alors avec de méchants soucis de communication…

Il dit texto à son fils que le fait d’avoir perdu sa mère ne devrait pas les empêcher d’avancer et qu’il faut garder les pieds sur terre… OK !

Alors que ses trois persécuteurs le poursuivent un jour, il se cache dans une librairie. Il y découvre un vieille homme grincheux qui lit un livre qu’il dit être spécial.
(limite un « livre dont tu es le héro » pour ceux qui connaissent…)

Intrigué par un tel livre, Bastien profite d’un moment d’absence du libraire pour lui emprunter l’ouvrage.
Et c’est ici que commence son aventure dans l’univers de fantasia. Un univers sans limite, peuplé de lutin, d’escargots de course, de tortues de 40 mètres de haut et de géants mangeurs de pierres…

Le mangeur de pierres

Monsieur cailloux

Un personnage qui fait flipper les enfants mais qui sert à rien…
Enfin si ! Il sert à une seule chose :

Il arrive sur sa moto en pierre de 20m de haut, en défonçant tout sur son passage, pour annoncer à tous qu’un grand mal détruit tout (eux ! c’est toi qui pète tout en fait…) : LE NÉANT.

Le néant est en train de dévorer le monde de fantasia. Et la reine souffre d’un mal inconnu qui la consume à petit feu…

Et puis, on ne voit plus du tout le géant de tout le film…
Ma fille a flippé complet à la vue de ce TRUC.

C’est vrai que compte tenu des effets spéciaux de l’époque, ce personnage n’est pas spécialement conçu pour te rendre joyeux.
D’ailleurs, techniquement, le mec a une vie de merde parce qu’on voit pas de Mangeuse de pierre… Et le mec fait de la moto et bouffe des cailloux pour oublier…

Le chemin du deuil

En fait, le monde de fantasia est lié aux émotions de bastien.
Il vis l’aventure à travers Atreyu, le héro du livre.
Il ressent la peur, l’étonnement, la colère, l’excitation, le chagrin pour lui…
Personnellement, cette aventure m’embarque et je les ressent aussi avec lui.

Le néant représente alors le bouleversement de la perte de sa mère et la peur de devoir renoncer à son côté rêveur pour commencer à grandir.
Petit à petit, Bastien se bat pour garder cette part de lui.
Son imagination d’enfant qui est le cœur du monde de fantasia.

Pour ceux qui aimeraient voir le film, je ne vais pas vous raconter la fin.
Je vous invite à l’apprécier par vous-même.
J’ai trouvé ce film fantastique, émouvant et teinté de nostalgie.

et toi ? tu as des films d’enfance qui te rendent tout chamalow ?
N’hésite pas à m’en conseiller…

Comments

Commentaires Facebook

Pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge