Comment réagir face aux pleurs de mon enfant ?

En tant que parents, on est souvent désemparés face aux pleurs de nos enfants. SOS Parents en Détresse !!!

Et si on décryptait un peu tout ça ? Chaque problème a sa solution et on va rester zen.

 

Bébé pleure

Bébé pleure

Pourquoi tu pleures ?

 

Pour un enfant, le fait de pleurer est une méthode de communication.

Avec l’âge, sa communication va évoluer et du coup le message risque de changer un peu.

Pour l’instant, mes enfants ne parlent pas avec des mots… en tout cas, pas des mots du dictionnaire.

Leurs pleurs sont une sorte de langage avec différentes phrases…

OK alors celui ou celle qui me dit qu’elle reconnaît les différents pleurs de ses enfants,

1) je lui crache dessus (putain de maman parfaite)

2) je lui dis bravo mais c’est pas mon cas

Bon, c’est vrai avec le temps tu finis par comprendre 2 ou 3 trucs.

Du coup, les pleurs signalent un souci.

Il ne faut pas agir dans l’impulsion, garder la tête froide et se poser les bonnes questions…

Au secours que dois-je faire ?

 

Ne pas réagir impulsivement

Comme je le disais dans mon article sur la sieste parentale, ton état de fatigue peut déterminer tes réactions.

Instinctivement, les pleurs agissent comme un signale d’alarme. Ils disent : « Quelque chose ne va pas ! Il faut régler le problème ! »

Il faut garder à l’esprit que l’enfant n’est pas la source d’un problème mais a un problème.

Le fait de réagir à la colère de ton enfant par de la colère n’aidera pas du tout.

Après on a beau être parents, on reste des humains. Quand les nerfs montent, il est difficile de contrecarrer cette colère.

Renvoyer sa colère à l’enfant, revient à lui demander une autonomie qu’il n’a pas encore acquis. Réguler ses sentiments, ça s’apprend et c’est à toi de lui apprendre à le faire.

 

Gestion de sa colère personnelle

Il te faut prendre du recul.

Je sais ! C’est facile à dire !

C’est aussi mon combat quotidien.

Mon fils a tendance à crier souvent. Pas forcément pleurer mais crier pour faire du bruit.

Ou alors il m’appelle à sa façon, me regarde et balance un jouer hors du parc…

Il parait que c’est pour appréhender son existence dans l’espace… En tout cas, ça prend bien la tête.

Bref  ! Il faut prendre du recul sur sa colère propre puis s’occuper de celle de son enfant.

Pour cela, la respiration est, pour moi, la meilleure solution :

Prendre de grandes inspirations calmes.

Puis expirer cette colère en gardant à l’esprit que ton enfant est peut-être le déclencheur mais ce qui t’énerve ce n’est pas lui… C’est ton collègue de boulot, la fatigue…

se poser les bonnes questions

 

La plupart du temps, les pleurs expriment un besoin.

Et en tant que nouveaux parents, on n’a pas forcément le décodeur.

Donc il faut tout passer en revue.

-> La faim : Depuis combien de temps a-t-il mangé ?

-> La fatigue : Est-ce que c’est l’heure de la sieste ? Combien de temps il a dormi à la dernière ?

-> Les dents : ça ! ça fait mal et tu ne peux pas faire grand chose à part un câlin et du « Camélia » ou un gel gingival genre « Delabare »

-> Au réveil : Peut-être se sent-il perdu… « où sont mes parents ?  »

-> De l’attention : Papa j’aimerai un peu d’attention. Tu viens me faire un câlin ?

y a une autre raison possible…

 

Un caprice c’est une étiquette que l’adulte met sur des pleurs qu’on ne comprend pas.

En fait, le caprice c’est la manifestation d’une frustration, d’une colère, d’une situation qui ne roule pas comme l’enfant le voudrais.

Un peu comme la colère adulte en fait…

Le problème c’est que ton enfant n’a pas le cerveau assez formé pour gérer ça tout seul.

Un enfant n’est pas un adulte en plus petit mais un adulte en construction.

Son cerveau ne sera réellement construit qu’à la fin de son adolescence qui peut se situer vers 30 ans des fois.

C’est donc à toi qu’incombe la lourde tache de gérer cette colère incompréhensible pour lui.

Et aussi de lui apprendre comment gérer ça à l’avenir.

Jusqu’à un certain age, il est difficile de se faire comprendre.

Le mieux est d’essayer de le réconforter. Un câlin ou rien qu’un contact physique pour le faire redescendre un peu.

Et ensuite, on peut détourner son attention par le jeu par exemples.

 

Si cela ne marche pas, même si c’est pas le meilleur moyen, l’indifférence peut lui faire comprendre que tout cela ne sert à rien.

« oouuuhhh ouuuuhhh ! Mauvais Père !!!! ouuuhh !  »

Ouais ! OK ! Désolé mais face aux caprices, on est souvent désemparé.

C’est très difficile à gérer les premières fois et y a toujours pas de mode d’emploi…

Alors si tu as des astuces à partager gérer les pleurs de ton enfant, n’hésite pas !

Je suis preneur et mes autres lecteurs aussi.

Comme d’habitude, si tu as aimé mon article, je t’invite à le partager.

Tu aideras sûrement d’autres parents en détresse.

Comments

Commentaires Facebook

Lien pour marque-pages : Permaliens.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

CommentLuv badge